index

 

Curieux livre que celui-ci que j'entreprends pour les miens, mes filles, mes petits-enfants, qui, néanmoins, va fouailler dans les entrailles de ces origines pourtant impossibles à excaver. Si rétives à se donner. C'est un livre rêvé parce que nul être tenant une plume ne pourra jamais ambitionner d'en écrire d'autre. Brosser un paysage intérieur qui s'étire des origines à la fin … juste avant que la main ne cède. C'est simplement écrire - décrire et raconter mais surtout pas expliquer - l'étoffe dont on se déchire ; le tissu qui nous relie au monde. Rien d'exemplaire ici ; juste de tout petits exemples. Mais la joie intense de faire revivre deux êtres à qui je dois tout et qui, encore, me font trouver la vie belle.

1- rendre grâce II- bredouillements III- Absence IV-Présences V- Présence absolue VI- nombre du mouvement VII- terres et chemins VIII- grâces IX- de l'amour X- ne pas pleurer
XI-transmettre XII- de l'humilité XIII - de la pudeur XIV - écarter la violence XV de la gratitude XVI de la fidélité XVII - de la tolérance XVIII- de l'honnêteté XIX - de l'humour XX- de la tempérance

 

Tempérance … en guise d'épilogue

Moins vertu que classe de vertu (avec Prudence, Justice et Force) elle entre dans ce qu'on appelait autrefois les vertus cardinales, tournée vers l'autre, le monde et la cité quand les vertus théologales engageaient notre rapport à Dieu. La tempérance engage instincts, désirs, passions qu'elle tente de réguler, de contenir dans des limites sinon raisonnables, en tout cas acceptables.

Elle modère autant les inclinations à la boisson (sobriété) que nos colères, violences ou pulsions de vengeance (souci de paix ou de pardon) etc …

Le mot est joli qui suggère l'ajustement, la combinaison, l'alliage. Je ne déteste pas qu'on vît si tôt combien la moralité, finalement était affaire artisanale où, le tour du potier n'eut jamais rien pu réussir dans l'agilité et tour de main du potier. Fûtes-vous des êtres tempérés ? Sans doute pas en tout ! Il y eut bien, dans les fuites silencieuses de l'un, dans la parole enjouée de l'autre, quelque chose qui n'était pas de la comédie mais forçait bien un peu le trait ne serait ce que pour vous y confortablement asseoir. Mais pouvait-on l'être en pleine tempête ? Sans doute vous en resta-t-il ce privilège de la volonté où vous avez vu, toujours, la seule manière élégante et juste de sortir du guépier.

Je ne doute pas une seconde de la portée d'une telle vertu, demeure pourtant dans ce souci de ne déroger à rien, de ne pas sortir des clous, d'être convenable, quelque chose de fade, d'insupportablement convenu !

Comme si, comble de la bienséance, il fallait ne surtout pas se faire remarquer, ni porter jamais mot plus haut que l'autre … ne pas déranger, surtout pas ; jamais, personne ! Pourtant face à une situation révoltante, imagine-t-on réaction mesurée ? réponse prudente et avenante à agression sauvage ? Imagine-t-on grands événements de l'histoire n'être pas le fruit d'ambitions démesurées, de prétentions outrageuses, d'ego gonflés d'insoutenable vanité et mégalomanie ? Ou bien encore un sentiment qui ne supporterait d'être avoué qu'avec une telle retenue qu'il en deviendrait ennuyeux avant même de revêtir quelque réalité ? « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion » assurait Hegel : quelle invraisemblable oxymore que celle d'une passion sage !

Il est assurément manière très embourbée, trop étouffante d'envisager la tempérance ; très petite bourgoisie de province …

Il est pourtant des colères que l'on dit divines … Un peu comme si l'exemple venait de haut ! Comment ne pas se souvenir de celle tonitruante après l'épisode du veau d'or ?

 

L'Éternel dit à Moïse: Je vois que ce peuple est un peuple au cou roide.
Maintenant laisse-moi; ma colère va s'enflammer contre eux, et je les consumerai ; mais je ferai de toi une grande nation.
Ex, 32.10-11

et je crois bien en avoir repéré jusque dans le NT :

qui a oublié le Race de vipères de Mt, 12, 34

ou encore les marchands du Temple chassés avec vigueur ?

 

Jésus entra dans la cour du Temple. Il en chassa tous les marchands, ainsi que leurs clients. Il renversa les comptoirs des changeurs d'argent, ainsi que les chaises des marchands de pigeons, et il leur dit : Il est écrit : "On appellera ma maison une maison de prière, mais vous, vous en faites un repaire de brigands". —
Matthieu 21, 12-13

Précisément la tempérance n'est pas ce juste milieu, cet insipide centrisme que le règne du bien-pensant voudrait nous faire admettre : elle est seulement, mais dans ce seulement, s'ébroue toute la tension de l'être, elle est, oui, ce vagabondage, à l'aveugle, de la vie où sans recette, sans même être certain d'y parvenir jamais non plus que de le falloir véritablement, où l'on s'essaie à la liberté et ainsi à tisser, aussi solidement que possible sans s'y étouffer pourtant, l'écheveau savant de nos inclinations contraires. La tempérance n'est pas affaire de mélange comme sucre soluble dans l'eau, mais d'enchevêtrement ; elle est affaire de tissu et donc de tisserand ; de tissu et donc de texte. La tempérance n'est pas affaire de liquide mais l'apprentissage de l'épaisseur des choses ; elle ne dissout rien ; tente au contraire de consolider, je veux dire de faire tenir ensemble comme en un tout.

Mais je me dois, à mon tour de tempérer mes propos. Je ne veux faire de vous ni des héros, vous ne l'étiez pas ; non plus que des gens sans une quelconque sapidité … oh de ceci vous en étiez aux antipodes.

Dire simplement que l'enfance que vous nous fîtes, en dépit de vos faiblesses, doutes et fêlures, jamais ne m'opposa rien qui m'empesât. M'offrit au contraire tout ce qui, sans regret, et sans autres ombres que les miennes propres, permit à un fils de tracer sa propre route sans plus d'autres encombres que ceux qu'il se sera créés à lui-même.

Il n'est pas de meilleure tempérance !

Et de vous en être infiniment reconnaissant.