Chronique du quinquennat

Souvenir nazi ....

Qui tombe en même temps que la commémoration de la rafle du Vel d'Hiv' et inflige un raccourci saisissant et désagréable.

Le baryton Nikitine prié de quitter Bayreuth pour ses tatouages (une croix gammée, deux runes). Autre temps autre moeurs ... Il fut une époque où le nazisme bien en cours à Bayreuth suscitait plus de nostalgie que de remords.

On sait la passion immodérée d'A Hitler pour la musique de Wagner dont il déclara un jour qu'elle était sa religion ; on sait aussi la franche adhésion de Winifred Wagner au national-socialisme et les relatons suivies qu'elle entretient avec le Führer jusqu'au bout.

Deux questions d'inégale importance .....

Celle d'abord de ce chanteur qui argue de son ignorance et de la sottise de l'adolescent. Soit ! Quoiqu'il faille vraiment être particulièrement sot et ignorant dans de tels cas. Qu'on le veuille ou non ceci dénote de l'indéniable attrait que le nazisme - et le fascisme en général - suscite dans les ex-pays de l'Est - même si nous savons qu'il n'est pas pour autant absent chez nous non plus. Ce Monsieur paie sa bêtise, après tout quelle importance ? sinon d'avoir à péniblement constater que la leçon de l'histoire n'a pas été retenue et que le ventre, oui, décidément, est toujours fécond.

Là est l'essentiel qui dérange, inquiète et angoisse.

Wagner

Si Wagner ne cachait pas son antisémitisme et que sa prose, qu'il vaudrait mieux oublier, est emplie de haine et de sottise, rien n'indique pour autant que sa musique pour volkisch qu'elle put paraître, soit à ranger dans les accessoires nazis.

On trouve chez Wagner les poncifs habituels : seuls ceux qui appartiennent au Volk peuvent faire surgir passion et profondeur ce qui ne saurait évidemment être le cas des juifs

Aussi longtemps que l'art de la musique possédait en lui un véritable besoin vital organique […], on ne pouvait nulle part trouver de compositeur juif…Ce n'est que lors de la manifestation de la mort interne du corps que des éléments de l'extérieur gagnent la puissance de s'y loger, et tout simplement de le détruire. Alors, effectivement, la chair du corps se décompose en une colonie pullulante d'insectes: mais qui, en regardant ce corps, pourrait soutenir qu'il est toujours en vie ? 1

Tant et si bien qu'il n'est pas d'art juif possible et que ce ne peut, au mieux, qu'en reniant sa propre judéité qu'un juif pourrait demain être artiste.

Sans une fois regarder en arrière, prenez votre part dans ce travail régénérateur de délivrance par une auto-résolution… Mais considérez qu'il n'y a qu'une seule chose qui puisse vous délivrer de votre malédiction; la rédemption d'Assuérus; Ou disparaissez ! 1

Cette référence au mythe du Juif Errant est loin d'être anodine. Ce récit qui court depuis le Moyen-Age mais qui a connu ses heures de gloire dans ce XIXe si antisémite, renvoie à tous les aspects du processus victimaire. L'errance est ici le signe de la faute, la marque même du juif, responsable non seulement de la mort du Christ mais aussi ici d'en avoir accru la souffrance en refusant de l'aider. N'être de nulle part, n'avoir pas de racine c'est dans ce discours n'être pas ou, ce qui revient au même, être la source de tous les maux.

Wagner est de son temps ! de ce point de vue, si sinistrement de son temps. Aux antipodes de Nietzsche qui savait ne pas tomber dans les pièges les plus grossiers du nationalisme allemand.

Il n'est jamais bon quand arts et lettres se mêlent de politique. Ceci nous le savons depuis Platon : en règle générale les intellectuels se fourvoient. Mais pour autant ils sont en même temps victimes de captations dont ils ne sont pas nécessairement responsables.

Ce fut le cas pour Nietzsche avec sa soeur qui après 89 fit tout ce qui fut en son pouvoir pour donner aux textes de son frère des allures pangermanistes et racistes, à l'encontre de toute évidence 2 , et de produire sans rigueur, avec les textes posthumes, une Volonté de Puissance qui devait bien peu au génie nietzschéen et beaucoup aux passions nationalistes de sa soeur. Hitler ne manqua pas d'aller quérir à Weimar quelque chose de l'adoubement philosophique de celle qui avait adhéré au NSDAP dès 1930 et à qui en 35 Hitler fit des funérailles nationales.

Ce fut le cas aussi pour Wagner même si l'antisémitisme de ce dernier l'eût assurément rapproché du nazisme plus naturellement que ce ne fut le cas pour Nietzsche. Quelque chose poussait le wagnérisme vers Hitler même si la vraisemblable passion de Winifred pour Hitler, nourrie dès les années 20, dut y être pour beaucoup. En tout cas, durant les années nazies, le festival de Bayreuth constitua bien, avec Nuremberg, l'un des grands rendez-vous du régime et il ne fallait pas être grand observateur pour s'apercevoir qu'après guerre il demeura longtemps le lieu du rassemblement des nostalgiques du régime.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Winifred fut écartée de la direction du festival après guerre : sa proximité avec le Führer devenait gênante. Elle fut même interdite de centenaire pour avoir déclaré que si Hitler passait le pas de la porte, elle le recevrait avec la même joie qu'autrefois....

On ne se refait pas.

Reste cette fascination invraisemblable, impensable pour le nazisme et ses tréfonds les plus troubles.

Le combat, décidément, ne cessera jamais.


1) le texte allemand de cet ouvrage est accessible ici

Dans la version originale de 1850, à la place du mot auto-résolution, Wagner utilise les mots: le combat sanglant de l'auto-annihilation

2) Nietzsche, Par delà Bien et Mal

Pas un Juif de plus ! Portes closes pour les Juifs, avant tout à l’Est et aussi en Autriche ! Tel est le vœu instinctif d’une nation dont le type ethnique est encore faible et indécis et qui craint qu’une race plus forte ne vienne l’effacer ou l’éteindre. Or les Juifs constituent sans aucun doute la race la plus forte, la plus résistante et la plus pure qui existe actuellement en Europe ; ils savent s’imposer même dans les conditions les plus dures grâce à de mystérieuses vertus qu’on voudrait maintenant qualifier de vices, grâce surtout à une foi décidée qui n’a pas à éprouver de honte en présence des idées modernes.

3) voir ce documentaire sur les dimensions mystiques du nazisme

et ces trois autres déjà repérés :

- sorcellerie et nazisme

- occultisme et nazisme

- mythologie et nazisme

 


 

 

Loading